AstroGAS

06 May 2018

Chemins galactiques
Bonjour à tous,

Hier soir, la météo annonçait une nuit sans le moindre nuage et une météo très douce pour la saison.
De plus la lune ne se lèverait pas avant 2 heures du matin.

N'ayant pas eu de réponses positives pour m'accompagner, je me suis donc rendu, en solitaire, à Sourbrodt où le seeing était annoncé très bon (< 1 arc/Sec) avec une température de 9° à une heure du matin.

Je suis arrivé sur le parking au coucher du soleil vers 21h15.

S'y trouvaient déjà, une grosse voiture 4x4, un camping-car manifestement inoccupé et une fourgonnette probablement aménagée où, de temps à autres, je percevais une silhouette et un peu de bruit.
Le propriétaire de la voiture la reprendra vers 22 heures, le camping-car restera inoccupé et, le propriétaire de la fourgonnette ne quittera pas son véhicule et ne fera aucune lumière.

Une demi-heure plus tard, tout est monté et je m’assieds un peu pour regarder sortir progressivement les étoiles et commencer à me repérer.

L'horizon est nettement plus dégagé qu'à la Géronstère et Jupiter pointe déjà le bout de son nez. Il est trop bas, cela turbule beaucoup mais j'arrive par moment à distinguer les 2 grandes bandes équatoriale et le cortège des lunes est très joli (Europe et Calisto côtes à côtes, suivies d'Io puis Ganymède).
J'en profite pour régler le chercheur et le pointeur.

De l'autre côté de l'horizon, Vénus est presque peine, je la pointe quand même à tout hasard et ne réussit ... qu'à m'aveugler la rétine !

Vers 22h30, le ciel commence à devenir suffisamment sombre.

J'avais décidé de commencer la soirée en me consacrant au Lion et je m'échauffe sur le triplet. M65, M66 et NGC 3628 sont inratable et, même dans ce ciel encore un peu laiteux, il me semble percevoir la bande sombre ayant donné à cette dernière son surnom de "hamburger".

Entre Chertan et Régulus se trouve l'étoile 52 du Lion (également appelée Kappa du Lion). Sous cette étoile se trouve une série de galaxie dont M95, M96 et M105.
M105 est, elle-même, entourée de NGC 3384 et NGC 3389. On entend parfois parler d'un "trio du Lion" mais je n'ai jamais su si ce vocable désignait les trois Messier ou M105 et ses deux acolytes.

Chaussé de l'ES 24-68°, je commence par farfouiller entre Chertan et Régulus à la recherche de l'étoile 52. Je la repère assez vite ... grâce à la présence d'une galaxie voisine, NGC 3377, qui ressort très bien dans le même champ. Je crois que c'est la première fois que j'identifie une étoile repère grâce à une galaxie. Sur mon smartphone, SkySafari indique aussi un petit amas ouvert NGC 3367 dans le même champ. Il est bien là mais assez pâle et je serais passé à côté sans la carte.

Puisque l'endroit fourmille de galaxie, je décide de remplacer la navigation « par chemin d'étoiles » par une navigation « par chemin galactique ».
Mon champ visuel faisant à peu près 1°, deux champs vers le bas et un champ vers la gauche devrait se trouver M105.
Je tombe tout de suite dessus et la détaille longuement, avec ses deux voisines, sous plusieurs grossissements.

Un champ plus bas devrait se trouver M96 que je détaille également avant de passer, de l'autre extrémité du même champ, à M95.
Ça ne marche pas mal les chemins galactiques ...

Je passe ensuite sur le dos du Lion, à la recherche d'une autre galaxie NGC 3344, elle se trouve à peu près au centre d'un triangle composé des étoiles 40, 41 et 54 du Lion.
Le problème, c'est que j'arrive à voir 54 à l’œil nu mais je ne distingue 40 et 41 que par intermittence et je les perds chaque fois que regarde au travers du pointeur.
C'est le moment de tester le monoculaire chinois 7 x 40 monté avec le bricolage du W-E passé. La position d'accès au monoculaire est assez inconfortable, je dois monter sur l'escabelle, me pencher vers le télécopie et me tordre le cou mais ... les trois étoiles sont bien là ! Je les centre approximativement et, bingo, NGC 3344 se trouve bien dans le champ.
Elle est un peu spéciale car plusieurs étoiles se superposent à la galaxie et donne à celle-ci un petit aspect de nébuleuse en émission.

L'année passée, en Auvergne, j'étais tombé un peu par hasard sur un couple de galaxie en interaction dans la vierge, il s'agissait de NGC 4567 et 4568 surnommée "les siamoises". Puisque cette région entre Vindemiatrix et Denebola fourmille de galaxies, je décide d'essayer de la retrouver en suivant un « chemin galactique ». Je pars de l'étoile 34 de la vierge bien perceptible à l'œil nu. Je descends un peu à droite et tombe sur la galaxie M60.
Encore un objet curieux car son halo se prolonge avec celui de NGC 4647 placé juste à côté. Dans le même champ, à gauche et un peu plus haut, se trouve M59.
Encore deux champs à droite et un champ plus bas ... et me voici sur ces siamoises. Le surnom provient du fait que ces deux galaxies semblent se toucher par leurs extrémités comme des siamois dont les têtes seraient collées. Elles forment ainsi une espèce de V qui n'est pas sans rappeler un autre couple célèbre "les galaxies des Antennes".

Il est maintenant minuit passé et le froid commence à me gagner mais le ciel est si beau ...

Pas très loin, dans le chien de chasse, un peu au-dessus de la chevelure de Bérénice, il y a également deux objets très connus que je n'ai pas encore eu le loisir d'observer. Je pointe approximativement l'endroit entre gamma bérénice et "cor caroli" car je chasse « la baleine ». Elle est assez proche du zénith et ma position, perché sur l'escabelle et penché vers le télescope, est inconfortable. En construisant ce Dobson, j'aurais mieux fait de placer le porte oculaire sur le côté plutôt que, à 45°, entre le côté et le dos du télescope ... mais c'est un peu tard pour les regrets.

Bref, je fouille et fini par tomber sur le couple galactique ... que je voulais voir après la baleine NGC : 4656 et 4657 plus connu sous le nom de "la crosse de hockey".
Je ne l'avais vu qu'en photo mais, il est impossible de le rater tant sa forme est caractéristique.
Après l'avoir observé, trouver la baleine est un jeu d'enfant, puisqu'elle se trouve à l'autre extrémité du champ.
Je la détaille aussi et arrive à percevoir des nodosités. Sa galaxie satellite NGC 4673 dite "le baleineau", bien que fort pâle, est également bien perceptible.

Comme je suis déjà installé dans une position proche du zénith, je m'en approche encore pour saluer, au-delà de Cor Caroli, la galaxie M63 dite "du tournesol" puis M94 que je trouve assez facilement.

Le froid devient plus mordant et les constellations d'été se lèvent à l'est.
Avant de replier le matériel, je décide de rendre une petite visite à M13 en essayant de repérer ce fameux "Y" sombre qu'on est supposé y trouver.
Comme d'habitude, avec un miroir de 400mm, M13 claque dans l'oculaire. En cherchant bien, je fini par trouver un Y que le traverse de gauche à droite en haut (avec l'image inversée).
C'est peut-être cela ... mais je n'en suis pas certain.

Enfin, un coup d'œil rapide sur M57 "l'anneau de la Lyre". Il est superbe. Je ne perçois pas la centrale mais l’intérieur de l'anneau est nettement plus grisé que l'extérieur.
Pour la première fois avec cet objet, j'ai vraiment l'impression de voir un œil céleste qui me regarde.

Enfin, très content de ma soirée, je replie vers 1h30.
12:31:12 - Yves - Catégorie : Vie du Club - Imprimer-Print
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 3 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10